Financer son projet d’aquaponie avec le crowdfunding

Vous rêvez de monter votre ferme aquaponique ou votre projet aquaponique mais vous n’avez pas beaucoup d’argent? Nombreuses les idées qui n’ont pas vu le jour par manque de moyens et je vous propose aujourd’hui un petit article totalement dédié au crowdfunding pour mener à terme vos projets aquaponiques (ou autre).

 

Beaucoup d’entreprises utilisent des plates-formes de financement participatif afin d’obtenir des prêts et de lever des fonds. Cela s’appelle le Crowdfunding.

Selon un sondage récent, les plates-formes françaises de Crowdfunding ont collecté un peu plus de 152 millions d’euros en 2014. C’est un montant très élevé qui a doublé en un an. Cela signifie surtout qu’il y a un certain engouement pour ces outils qui mettent en relation des porteurs de projets et des financeurs.

Dons, prêts et prises de participation

On a généralement comme vision du Crowdfunding le versement d’une petite somme d’argent via un site Internet dédié afin de financer un projet culturel ou humanitaire. Mais il faut savoir que le don n’est pas la seule mécanique de financement utilisée sur ses plates-formes. Il est surprenant d’ailleurs de s’apercevoir que cela représente seulement 25,1 % des sommes collectées. C’est juste devant les apports en capital 16,7 % mais encore loin derrière les prêts gratuits ou rémunérés qui atteignent 58,2 %. Ce sont bien évidemment ces deux dernières solutions que les entreprises privilégient.

Le financement adapté à sa stratégie

Beaucoup d’entreprises sollicitent des dons pour financer un projet et le plus souvent, il s’agit de petites structures qui recherchent de petites sommes pour l’achat de matériel ou de véhicules. On retrouve les sommes les plus importantes dans les TPE/PME qui se tournent naturellement vers des plates-formes de prêts ou ce que l’on appelle des prises de participation. Cela permet de faire une levée de fonds avec une limite d’un million d’euros. C’est un mode de financement qui permet de trouver des partenaires qui permettront d’augmenter les fonds propres de l’entreprise avec leurs apports. On appelle cela « Equity ». Ce sont généralement les start-ups et les entreprises ayant des projets innovants à forte croissance qui utilisent ce système. Ce sont des atouts pour séduire des « capital-risqueurs » qui souhaitent faire « la culbute » ou bien profiter de sérieux avantages fiscaux que l’on retrouve dans ce type d’investissement.

Pour investir dans une PME, sous réserve de conserver les titres pendant 5 ans, un investisseur peut profiter d’avantages fiscaux lors de son entrée au capital. Par exemple, un investisseur bénéficie d’une réduction d’impôt de solidarité sur la fortune égale à 50 % des sommes versées, retenues dans la limite de 90 000 €, soit un avantage maximal de 45 000 €. Ils peuvent sinon préférer la réduction d’impôt sur le revenu qui est de 18 % des versements, pris en compte dans la limite de 50 000 €, soit un avantage maximal de 9000 €. Attention toutefois, cette dernière option ne concerne que les start-ups de moins de 5 ans.

Les plates-formes de prêts rémunérés que l’on appelle généralement des Lending Crowdfunding s’adressent plutôt à des entreprises classiques qui veulent obtenir des fonds sans passer par leur banque. Cela leur permet surtout de contracter jusqu’à 1 million d’euros d’emprunt sans avoir à apporter la moindre garantie auprès de prêteurs dont l’apport personnel est lui-même plafonné à 1000 €. La contrepartie est que généralement les intérêts fixés par la plate-forme en fonction des risques varient de 4 à plus de 10 % !

Le déroulement de l’opération

L’utilisation d’une plate-forme de crowdfunding est excessivement simple. Il suffit de s’y connecter de s’inscrire, de déposer un dossier et d’attendre que la plate-forme analyse votre projet. L’objectif est de vérifier le sérieux et la faisabilité du projet en prenant en compte le secteur d’activité, l’âge de l’entreprise, l’avancement du projet, la valorisation de l’entreprise, la qualité et les motivations des personnes impliquées, etc. Lorsque votre dossier est accepté, vous pouvez commencer votre campagne de levée de fonds. Tout l’argent récolté sera placé sur un compte bloqué par la plate-forme qui au terme de la campagne, si l’objectif est atteint ou dépassé, vous versera les fonds auxquels sera soustraite la commission de la plate-forme qui varie entre 5 % et 8 % des fonds. Si votre objectif n’est pas atteint les sommes sont intégralement remboursées aux investisseurs.

Faire campagne

Le Crowdfunding est tout sauf une solution de financement classique puisqu’il s’appuie sur la mobilisation du public. Votre objectif n’est pas de séduire un banquier mais bien de proposer un projet concret à des milieux d’investisseurs potentiels afin d’obtenir leur soutien financier. Cela vous obligera à faire campagne. Cet exercice permet à l’entreprise de donner un large écho à son projet surtout si la finalité est de lever des fonds. Bien entendu, il vaut mieux s’y préparer car faire campagne ne s’improvise pas. Surtout que généralement vos investisseurs potentiels sont des milliers d’internautes adeptes des réseaux sociaux qui pourraient vous faire à l’inverse une très mauvaise publicité en moins de 24 heures.

Êtes-vous un CrowdFunder ?

Le Crowdfunder est dans 54 % des cas un homme motivé (91 %) par les valeurs du porteur de projet. Il donne 62 %, prête 26 % et réalise des apports en capital de 21 %.

 

 

Source : Observatoire des crowdfunders (financeparticipative.org)

 

 

Publié par

Aquaponie

Figurant parmi les premiers pionniers de l'aquaponie en France, j'aime diffuser ma passion en vulgarisant l'aquaponie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *